Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

"Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée."

Alfred de Musset.

 

La presque totalité des bouteilles anciennes est fermée intérieurement par une clavette, simple ou multiple.

L'on peut s'interroger sur les motivations de cette singularité.

 

1761-copie-1.jpg

Bouteille de la Passion fermée par une imposante clavette.  (Cliché X)

 

Deux raisons ou motivations peuvent sembler en expliquer la présence. 


L'une psychologique : ajouter encore au caractère mystérieux de l'introduction du sujet dans le flacon. Non seulement l'on ne peut, semble-t-il, comprendre comment une construction complexe et volumineuse est parvenue dans cet espace étroitement clos. Mais la présence de la clavette implique, elle, une double interrogation : comment l'a-t-on introduite alors qu'elle est plus large dans toutes ses dimensions que le diamètre du goulot et reliée intérieurement au bouchon ? Comment raccorder le bouchon à cette clavette qui ne tient qu'à lui-même ? 

Bien évidemment, la magie n'est qu'un tour de passe-passe, mais qui demande tout de même un peu d'imagination et de dextérité.

 

L'autre plus banalement pratique n'est qu'une hypothèse déduite d'une nécessité matérielle.

Ces bouteilles anciennes sont aussi toutes fermées par un bouchon de bois dur. La forme du goulot cylindrique ou légèrement conique ne permet pas à ce bouchon de tenir. Pire, s'il est ajusté, la moindre augmentation du degré hygrométrique de l'air le fera gonfler et le goulot se fendra aussi sûrement que les anciens fendaient un bloc de pierre en arrosant des coins de bois fichés dans des mortaises taillées à cet effet, j'en ai fait à mes dépens la triste expérience. Au corollaire, s'il n'est pas ajusté, il ne tient pas. La clavette ne servirait donc qu'à retenir le bouchon, et sa plus ou moins grande sophistication, au gré de la fantaisie du réalisateur, rejoindrait la première hypothèse. 

 

En 1806, Francesco Biondo, (voir la page "Bref essai sur l'histoire des constructions en bouteille") fixe directement son trois-mâts sur le bouchon, le flacon, retourné goulot en dessous. Ce choix lui permet aussi d'utiliser le bouchon comme support dans la lignée de Giovanni Biondo, mais lui, a posé en 1784 son vaisseau sur une planchette qui repose elle-même (collée?) sur la voûte de verre.


                        luebeck-1-.jpg

 

Aperçu de la clavette asymétrique qui verrouille le goulot et le bouchon-support. (probablement selon le deuxième système) Giovanni Biondo, Venise, 1784. 

                             Francesco-Biondo-VENISE-1806---Copie.jpg


Un modèle pariculièrement complexe : une clavette principale elle-même traversée par six clavettes secondaires. Francesco Biondo, Venise, 1806.


Parlons maintenant technique. Comment faire pour installer cette clavette ?

 

L'on peut constater en observant les bouteilles qu'il existe deux méthodes. L'une "honnête", et rare car difficile à réaliser, assemble - à l'intérieur - une véritable clavette dans une mortaise taillée dans le corps du bouchon.

L'autre, beaucoup plus fréquente, présente une petite tricherie : le bouchon se subdivise en deux parties, l'une recoit la clavette à l'intérieur du flacon et s'assemble à la partie extérieure par un goujon à vis ou un tenon cylindrique, donc vissé ou  collé dans un trou borgne. L'on retourne le flacon goulot en dessous, le goujon sort de lui- même. Pour visser tout en empêchant le système clavette-faux bouchon intérieur de tourner, il suffit d'avoir prévu un peu de jeu, âme de la mécanique plus si besoin un peu de suif sur le filetage, et, une fois le vissage amorcé, de tirer l'ensemble vers l'extérieur pour que le frottement de la clavette sur le verre suffise à l'empêcher de pivoter  lorsque l'on  tourne le bouchon extérieur.


Émentaire mon cher Watson ! il suffisait d'y penser.


Oui, mais quid de l'autre méthode, la vrai clavette ? Plutôt que d'attraper des migraines à essayer de voir ou de deviner comment il avait pu faire, j'ai préféré chercher comment je ferais. 

Je ne propose donc que mes solutions, sans préjudice de celles imaginées par les anciens. Dans ce cas de véritable assemblage, sa nature même fait qu'il ne laisse pas de traces visibles de la technique employée pour réaliser le montage dans le flacon - bouchon en place - il faut s'en souvenir.  

 

Voici un exemple de clavette très probablement "authentique" (il faudrait en fait observer de très près pour voir si le bouchon n'est pas en deux parties reliées au niveau du col du goulot, ce que la seule photo ne permet pas).

 

Schleswig-Holstein-1679---Copie-copie-1.jpg

 

Mine à étages, 1679, Schleswig-Olstein, cliché X.    

Le fil métallique reconstitue le volume de la voûte de verre, hélas brisée, mais l'on en voit d'autant mieux le détail du bouchon et de sa clavette qui semblent bien être du type autentique.

Quoiqu'une question demeure : le jeu nécéssaire pour éviter l'éclatement du goulot en cas de dilatation du bois et l'absence d'augmentation du diamètre en partie supérieure laissent supposer que ce bouchon devrait logiquement tomber à l'intérieur du flacon. Alors... jusqu'à pouvoir observer l'objet  de près, il garde une partie de son mystère.  


Ce cas,  le pur, le vrai, est plus difficile à imaginer et à mettre en oeuvre, et l' on a vu qu'il se  rencontrait assez rarement.

Collons légèrement un fil assez long sur une extrémité de la clavette . Laissons descendre la clavette dans le flacon. Passons le fil dans la mortaise et entrons  doucement ce bouchon en maintenant le fil à peu près tendu de manière que la pointe de la clavette et le fil se présentent à l'entrée de la mortaise. La difficulté se situe maintenant, c'est une question de dextérité : il faut basculer doucement le flacon vers la gauche en tendant le fil jusqu'à ce que la clavette bascule d'elle même dans la mortaise. Facile à écrire, mais il faudra peut-être s'y reprendre à plusieurs fois pour réussir. Une fois la clavette en place, tapoter de petits coups sur le verre au dessus de son extrémité droite, puis tirer sur le fil qui doit se détacher s'il n'est pas collé trop fortement, c'est un équilibre à trouver. L'on a vu qu'un peu de jeu était rendu nécessaire entre le goulot et le bouchon pour cause de dilatation, il permet aussi au fil de glisser librement.

 

Rien n'empêche d'exercer sur un flacon vide pour attraper le coup de main. Ne voyez là qu'une méthode possible, on peut en imaginer d'autres ou des variantes : par exemple basculer le flacon de l'autre coté et remonter la clavette dans la mortaise en tirant sur le fil, moins acrobatique, mais plus délicat avec le risque que le fil se décolle et que la clavette retombe dans le flacon. Une fois le fil ôté, il est absolument impossible à un tiers de deviner la méthode... sauf à l'imaginer comme je le fais. 

Bien entendu, l'assemblage est indémontable à moins d'avoir la chance que le coincement de la clavette se débloque en tapotant dans l'autre sens pour la faire tomber si l'on réussit à la débloquer.


 

 

Exemple de fausse clavette

(assemblage par vis en bois et ivoire taraudée)


Clavette 1 002 - Copie   Clavette 1 004 - Copie  

                Désolidarisée                                                Solidarisée


                 Clavette 1 005 - Copie

 

L'ensemble à l'intérieur du flacon, bois, ivoire, 1865. Clichés G.A.

 

    B.B.BLIND---Copie.JPG       photo-Blind-4---Copie.jpg

    Clichés Pierre-Dominique Blind


Deux exemples où la partie longue du bouchon est probablement assemblée à la clavette à l'intérieur puis remontée en renversant la carafe et emboîtée ou vissée au bouchon supérieur .  

Pour fixer le clavette dans sa mortaise, je n'ai trouvé qu'un système auto-bloquant : l'angle formé par les pans de la pyramide est très légèrement plus ouvert dans la mortaise. Ainsi lorsque le clavette débouche, elle ne touche la mortaise qu'à la sortie. En tapotant légèrement sur le flacon elle se coince légèrement, assez en tout cas pour ne ressorte pas seule si on la renverse. 


Exemple de méthode à partir de la photo  de la mine à étages vue un peu plus haut. 


Avec cette différence que le sommet du bouchon est supposé renflé pour empêcher sa chute dans le flacon, et ce en une seule pièce, dans la masse du bois donc, sinon, l'on revient à l'autre méthode au bouchon supérieur assemblé.


06---Copie-copie-1.jpg                                 1                                            2

Introduire la clavette et son fil légèrement collé. Passer le fil dans la mortaise.

Introduire la bouchon tout en maintenant le fil presque tendu.

Tirer sur le fil pour faire remonter la clavette dans la mortaise.

La difficulté consiste à réussir à maintenir la clavette dans la bonne position pour qu'elle se présente bien en face de l'ouverture de la mortaise.

 


07---Copie-copie-1.jpg

                       3                                                     4

Faire basculer doucement le flacon par un mouvement de rotation bien orienté de façon que la clavette descende dans la mortaise.

Tapoter du doigt sur le verre pour coincer la clavette.

Tirer sur le fil pour le décoller et le sortir.

 


                                 05---Copie-copie-1.jpg

                                                      5 

                                    L'ensemble en position. 

 

Dans ce cas où le  dôme de verre est arrondi, la forme médiane de la clavette et celle de la mortaise doivent être telles que la clavette puisse pénétrer avec un mouvement rotatif. Il peut donc être nécessaire d'arrondir l'une ou les deux  extrémités des parois intérieures de la mortaise.

A forme de flacon de bouchon et de clavette correspond un ajustage qu'il faut déterminer par approximations successives à l'aide de gabarits en carton, soit : un pour le rouge (flacon), un pour le bleu (bouchon)et un pour le vert(clavette).

 

La clavette disparaît, et pour cause, sur les  carafes fermées par un bouchon en verre ajusté, (rodé sur les flacons de laboratoire et d'apothicaires) mais aussi et surtout avec la généralisation des bouteilles cylindriques bouchées avec du liège dont l'élasticité supprime le risque dû à la dilatation.

 

                                Lothar---Copie.jpg

 

Le voilier Lothar.  Bouchon de verre rodé.

Cliché (vue partielle) Jean Randier, L' Objet  de marine. Gallimard.


                               Collection-Draeger-vente-drouot-copie-1.JPG


Bouchon ligaturé au fil de fer sur le goulot. Ce modèle atypique montre une conception rare et originale. Il est conçu comme une mine à étages. Deux vaisseaux de guerre avec leurs seuls bas-mâts sont pris en sandwich entre deux niveaux de "mers-planchers" avec coquillages sous le plancher bas et diverses représentations symboliques : personnages, blasons et inscriptions. Une colonne centrale enchaînée descend du bouchon jusqu'à la mer du niveau supérieur. Plusieurs éléments se sont décollés et gisent renversés : un beau challenge que de l'ouvrir pour la restaurer !

Elle n'est pas équipée de clavette, mais présente beaucoup d'intérêt pour la richesse et la variété d'imagination  dont elle témoigne. 


© Vente de la  collection Marc Draeger, Marc Ferri Commissaire-priseur, Paris, Hôtel Drouot, le 15 décembre 2006. 

 


Retour aux sources 


Artem-Popov.jpg

Réalisation  de Artem Popov.  Fine clavette originale avec chaîne .

© Artem Popov


 

Pytheas-114---Copie---Copie.JPG   Pytheas-112---Copie---Copie.JPG

Fausse clavette contemporaine. Liège, étain, ivoire de mammouth, trois perles d'ambre de la Baltique et une obole de Marseille pré-chrétienne en argent (Ø 10 mm) qui symbolisent le voyage de Pythéas de Marseille vers 230 avant J.C.

© Gérard Aubry, 2011.

 

 

Le-voyage-de-Pytheas-de-Marseille-a-Thule.-001--copie-1.JPG

 

Le navire de Pythéas en route vers Thulé.

D'après les dessins de Jean-Marie Gassend, Pythéas, Éditions de la Nerthe.

Le monogramme de Massalia (roue à quatre cantons avec M & A dans les cantons du bas) qui figure au revers de l'obole est repris à la peinture sur la grand-voile.

Flacon façon antique : Yves Borrel  

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de gerard.aubry-bateaux.en.bouteille-marines-portraits.over-blog.com
  • Le blog de gerard.aubry-bateaux.en.bouteille-marines-portraits.over-blog.com
  • : Bateaux en bouteille, scènes de genre et portraits en bouteille. Restauration d'ancien.
  • Contact

Recherche

Pages